Aller au contenu

La protection des enfants relève de leurs parents, mais aussi de l’ensemble de la collectivité. Si vous êtes un professionnel, un intervenant dans un milieu de garde, une école, un hôpital, un organisme communautaire, ou encore un policier, vous avez un rôle important à jouer dans le dépistage des enfants en grande difficulté. La Loi sur la protection de la jeunesse (article 39) confère l'obligation à tous les professionnels (incluant les intervenants décrits plus haut) à signaler la situation d'un enfant à la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) sans tarder. Il en est de même si vous êtes un membre de la famille ou de l’entourage d’un enfant.

Vous croyez qu'un enfant ou un adolescent vit une situation d'abandon ou de négligence, qu'il est victime de mauvais traitements psychologiques, d'abus sexuels, d'abus physiques ou qu'il a des troubles de comportement sérieux? Vous devez signaler la situation à la DPJ. Un intervenant discutera avec vous de vos préoccupations et pourra vous guider concernant une intervention à privilégier ou enregistrera un signalement en lien avec la situation de l'enfant. 

Faire un signalement en tout temps, 24 heures par jour et 7 jours par semaine par téléphone :

418 543-3006

1 800 463-9188 (sans frais)

L'identité de la personne qui signale la situation d'une enfant est confidentielle. Des professionnels autorisés par la directrice de la protection de la jeunesse sont disponibles en tout temps pour recevoir les signalements. Si la situation est urgente, ils interviendront dans l'immédiat pour assurer la sécurité de l'enfant.

Les motifs de signalement

La Loi sur la protection de la jeunesse prévoit des situations où la sécurité ou le développement d'un enfant de 0 à 18 ans peut être compromis. La DPJ doit intervenir lorsqu'un enfant se retrouve dans les situations suivantes :

  • abandon;
  • négligence;
  • mauvais traitements psychologiques;
  • abus sexuels;
  • abus physiques;
  • troubles de comportement sérieux.

La direction de la protection de la jeunesse peut également intervenir dans les situations suivantes :

  • fugue;
  • non-fréquentation scolaire;
  • délaissement de l'enfant par ses parents à la suite d'un placement en vertu de la Loi sur les services de santé et les services sociaux.

Le directrice de la protection de la jeunesse, par l'entremise des intervenants qu'elle autorise, a la responsabilité d'intervenir pour assurer la protection d'un enfant et prévenir que la situation ne se reproduise. Cette intervention se fait en collaboration avec les parents puisqu'ils sont et demeurent les premiers responsables de leur enfant.

Si vous connaissez un enfant qui se retrouve dans l'une ou l'autre des situations décrites ci-dessus, nous vous invitons à communiquer avec nous le plus rapidement possible. S'il s'agit d'un abus physique ou sexuel, vous avez le devoir et l'obligation de le faire.

Si vous êtes un professionnel et au courant de la situation d'un enfant victime de l'un ou l'autre des motifs d'intervention, la Loi sur la protection de la jeunesse vous oblige à le signaler à la DPJ.

Pour en savoir plus

Guide Faire un signalement au DPJ, c'est déjà protéger un enfant - Quand et comment signaler ?