Droit de recevoir des soins de fin de vie

La personne en fin de vie a le droit de recevoir les soins requis par son état de santé et d’avoir accès à des soins de qualité adaptés à ses besoins, notamment pour prévenir et apaiser ses souffrances. La loi définit les « soins de fin de vie » comme étant les soins palliatifs (y compris la sédation palliative continue) offerts aux personnes en fin de vie et l’aide médicale à mourir (soin qui peut être demandé par une personne en fin de vie pour soulager ses souffrances, en entraînant son décès.)

C’est aussi le droit de refuser ou d’arrêter un soin : qu’elle soit en fin de vie ou non, toute personne majeure et apte à consentir à des soins peut, en tout temps, refuser un soin ou demander d’arrêter un traitement en cours. Cela inclut le choix d’être nourrie, d’être hydratée artificiellement ou de recevoir des soins palliatifs. Peu importe la raison de sa décision, la personne a le droit de refuser un soin, même si cela risque de diminuer sa durée de vie.

Comment exercer ce droit?

Consultez la politique portant sur les soins de fin de vie avant de choisir l’endroit où vous voudrez vous faire soigner. Chaque établissement ou maison de soins palliatifs doit avoir une politique qui précise la nature et l’étendue des soins offerts sous son toit.

  • Le refus de soin ou le retrait de consentement peut être communiqué par tout moyen.
  • Concernant l’aide médicale à mourir : une personne peut en tout temps s’adresser à un professionnel de la santé pour une demande d’information concernant l’aide médicale à mourir. Elle peut par la suite décider de procéder, ou non, à une demande formelle d’aide médicale à mourir.

La personne doit, de manière libre et éclairée, formuler pour elle-même la demande d’aide médicale à mourir au moyen du formulaire prévu à cette fin. Un processus formel doit être suivi pour enclencher la démarche et officialiser la demande, sans quoi l’aide médicale à mourir ne pourra pas être administrée.

Note : seule une personne majeure et apte à consentir à des soins peut demander de recevoir l’aide médicale à mourir. Aucune autre personne ne peut le faire à sa place. De plus, pour recevoir ce soin, la personne en fin de vie doit absolument répondre à tous les critères prévus par la Loi.