#progagelinfopaslevirus

Depuis le 18 juillet 2020, le port du masque ou du couvre-visage couvrant le nez et la bouche est obligatoire dans les lieux publics fermés et partiellement couverts pour les personnes de 12 ans et plus.

Les enfants de moins de 12 ans, les personnes dont la condition médicale particulière empêche le port du masque ainsi que celles qui ne sont pas capables de mettre ou de retirer le masque par elles-mêmes ne sont pas visés par l’obligation de porter le couvre-visage. Toutefois, pour les enfants de 2 à 12 ans, le port du couvre-visage ou du masque est recommandé.

Pour connaître la liste des lieux où le port du masque ou du couvre-visage est obligatoire ou pour savoir comment fabriquer et utiliser un couvre-visage, consultez la page Port du masque ou couvre‑visage dans les lieux publics en contexte de la pandémie de COVID‑19.


 

Est-ce que je sais VRAIMENT comment utiliser mon masque artisanal?

–  Conseils de la santé publique régionale

Est-ce que je sais VRAIMENT comment utiliser mon masque artisanal? Est-ce que j’en fais bon usage? Est-ce que je dois le laver à l’eau chaude? Le faire tremper? Comment le transporter?

Chantale Bilodeau, conseillère cadre à la Direction de santé publique du CIUSSS, répond à vos questions concernant l’utilisation du couvre-visage.

#propagelinfopaslevirus

Le masque « fait maison » ou couvre-visage

Au début avril, l’Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a émis une recommandation destinée aux Canadiens de porter un couvre-visage lors de sorties ou de déplacements dans des endroits publics.

Quand?

  • Lorsque la distanciation physique n’est pas possible dans les lieux publics :
  • lorsque vous faites vos courses (pharmacie, magasins de détails);
  • lorsque vous utilisez les transports en commun;
  • lorsque vous devez vous rendre à une clinique ou à l’hôpital

Pourquoi?

Les personnes infectées à la COVID-19 n’ont pas toutes des symptômes. Certaines peuvent être infectées sans le savoir. Le port du couvre-visage pourrait permettre de diminuer le risque qu’une personne infectée transmette la COVID-19 à d’autres personnes.

Comment?

  • Utilisez un tissu serré et souple, tel le coton, qui permet à l’air de passer pendant votre respiration;
  • Utilisez au moins deux (2) épaisseurs de tissu et assurez-vous qu’il soit confortable et bien ajusté à votre visage;
  • Choisissez un couvre-visage qui tient bien pour éviter de devoir constamment le replacer ou le réajuster;
  • Vous devez pouvoir le laver et le sécher sans risque de l’abîmer ou de le déformer.

Utilisation et manipulation

  • Lavez-vous les mains avant de le mettre, et après l’avoir retiré.
  • Assurez-vous qu’il couvre toujours votre nez ainsi que votre bouche. Il doit coller à votre visage (sinon, inutile de le porter).
  • Évitez de le toucher, ainsi que les zones non couvertes de votre visage (comme les yeux).
  • Ne gardez pas le masque accroché à votre cou ou pendu à une oreille.
  • Si vous touchez votre masque pendant que vous le portez, lavez-vous les mains.
  • Pour retirer le masque, saisissez uniquement les élastiques (ou les ficelles) sans toucher le devant du masque.
  • Gardez toujours une distance d’au moins deux (2) mètres avec les personnes qui vous entourent, que vous portiez un masque ou non.
  • Lavage et entretien
  • Changez-le s’il est sali, humide ou endommagé.
  • Ne le partagez jamais avec une autre personne.
  • Lavez-le après chaque utilisation dans la laveuse, à l’eau chaude.

Important : Il s’agit d’une mesure supplémentaire, qui ne doit pas remplacer le lavage des mains et la distanciation physique. Si vous êtes malade, évitez toute sortie, sauf si c’est pour vous rendre à un endroit où vous recevrez des soins.

* Avertissement : Les enfants de moins de 2 ans, les personnes avec des difficultés respiratoires, les personnes handicapées ou incapables de retirer leur couvre-visage sans l’aide d’une autre personne ne devraient pas le porter.


 

Renouer avec la routine scolaire au temps de la COVID-19 : Conseils d’une pédiatre

Votre enfant retourne à l’école ou à la garderie lundi prochain? Dre Johanne Harvey, pédiatre au département de pédiatrie et à la Direction de santé publique régionale répond à des questions que tout le monde se pose en vue de ce grand retour. #propagelinfopaslevirus


La courbe épidémiologique

Pourquoi parle-t-on toujours de « la courbe » ? Dre Sylvie Belley, , médecin-conseil pour la direction régionale de santé publique, nous explique comment fonctionne la courbe épidémique qu’on voit beaucoup circuler dans les médias depuis l’apparition de la COVID-19, afin que l’on #propagelinfopaslevirus.



L’enquête épidémiologique

L’idée de l’enquête épidémiologique, c’est identifier toutes les personnes atteintes et de les isoler. Si on les retire de leur environnement, elles ne peuvent plus transmettre l’infection à d’autres personnes. Dre Sylvie Belley, , médecin-conseil pour la direction régionale de santé publique, nous explique comment ça fonctionne.


Ça s’adresse à qui?

L’enquête s’effectue auprès des personnes suivantes :

  • La personne infectée (cas confirmé) par la COVID-19.
  • Les gens qui auraient pu avoir été infectés par ce patient (cas contacts).

La santé publique appelle en priorité les cas confirmés de COVID-19 (confirmés par le laboratoire) dans un délai maximal de 24 heures après un résultat positif. Les « cas contacts » sont appelés par un enquêteur dans un délai de 24 h à 36 h.

Chaque personne (cas confirmé et cas contact) doit dresser une liste complète et détaillée des gens avec qui elle a été ou avec qui elle aurait pu être en contact.

L’enquête de traçabilité a ses limites, notamment lorsque des patients ont visité des lieux publics. C’est pourquoi des appels à tous ont été lancés dernièrement pour retrouver des usagers du transport en commun ou ceux qui ont visité des endroits publics à des moments déterminés.

Qui fait ces enquêtes?

  • Infirmières
  • Médecins
  • Médecins stagiaires en santé publique et communautaire
  • Personnel de soutien qualifié

Quelles sont les étapes de l’enquête?

1. Lorsqu’un patient est déclaré positif au test de la COVID-19, le laboratoire de dépistage avise la santé publique par télécopieur. Plusieurs envois sont faits chaque jour.

2. Dans un délai de 24 heures, des enquêteurs communiquent avec le patient par téléphone. En général, la personne a déjà été avisée du résultat positif par son médecin traitant.

3. Une série de questions précises sont posées :

  • Quand la maladie a-t-elle débuté?
  • Quels sont les symptômes?
  • Revenez-vous de voyage?
  • Avez-vous été en contact avec un voyageur?
  • Quels lieux ont été fréquentés?
  • Qui vit sous le même toit que vous?

4. La personne infectée doit fournir une liste précise des « cas contacts » ou « contacts étroits», soit tous les gens qui ont été en contact avec elle, ou tous ceux qui ont pu l’être. Si la personne a fréquenté des lieux publics ou utilisé le transport en commun, des appels publics peuvent être faits pour retracer la population à risque.

5. Le patient est mis en isolement pour 14 jours. Il doit remplir chaque jour un formulaire complet sur son état de santé qu’il envoie à la santé publique.  On veut savoir si la maladie progresse, pour savoir quand cesser l’isolement.

6. Une hospitalisation est possible si l’état de santé de la personne infectée se détériore. Si tout se passe bien, la personne termine son isolement après 14 jours.