Équipements de protection individuelle (ÉPI)

Le ministère de la Santé et des Services sociaux exige une utilisation judicieuse de tous les ÉPI, plus spécifiquement des protections oculaires et des masques N-95 dans les installations. La saine gestion des équipements de protection individuelle (ÉPI) est une priorité provinciale. Bien que nous ne sommes pas en pénurie d’ÉPI, la saine gestion de ces produits est essentielle afin d’éviter d’avoir des enjeux de disponibilité (masques, etc.).

À compter du 1er avril, le personnel et les médecins ne doivent plus jeter de masque N-95. Tous les masques N-95 utilisés doivent être conservés. Il est de la responsabilité de chacun de retourner le masque N-95 utilisé à l’endroit désigné pour chaque secteur.

Des directives et procédures ont été mises à jour afin d’assurer cette gestion adaptée des ÉPI à la situation actuelle. Ces orientations découlent des recommandations de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et respecte la séquence de port et de retrait sécuritaire de l’ÉPI de l’ASSTSAS. Voir l’affiche des recommandations (imprimable).

Soulignons que l’ensemble de ces orientations s’adressent à tout le personnel et à tous les médecins susceptibles d’utiliser du matériel de protection. Nous vous invitons donc à en prendre connaissance.

Des directives s’adressent plus spécifiquement aux gestionnaires des unités et services où des masques N95 sont utilisés. Ces gestionnaires doivent prévoir un sac/contenant (s’adresser aux approvisionnements) pour chaque modèle et grandeur de masques dans lequel l’ensemble des masques N95 utilisés pendant un quart de travail sera récupéré.

Suite aux recommandations de l’INSPQ, le service de prévention et contrôle des infections a détaillé la séquence d’habillage et de déshabillage pour chacune des précautions additionnelles soit : gouttelettes – contact avec réutilisation de la protection oculaire et aérienne-contact avec réutilisation de la visière et du N-95. La réutilisation des ÉPI est incluse dans ces séquences. Elles sont basées sur les étapes de l’ASSTSAS pour mettre et retirer les ÉPI et inclut la désinfection de la protection oculaire et sa réutilisation sécuritaire.


Précisions sur le port du masque de procédure et gestion rigoureuse des équipements de protection

La situation épidémiologique de la COVID-19 est en évolution au Québec. La situation actuelle au Québec va dans le sens de la présence d’une transmission soutenue dans la communauté. Pour cette raison, diverses orientations sont formulées au regard du port du masque de procédure.

Comme partout ailleurs, nous sommes confrontés à des enjeux d’approvisionnement, notamment pour les masques de procédure. Il importe de mettre en place des dispositifs visant à en faire une utilisation judicieuse et rigoureuse. Cette période pandémique génère des circonstances exceptionnelles et l’INSPQ a le mandat d’établir des recommandations cliniques pour faire face à ces enjeux. Ces recommandations, parfois différentes de nos façons de faire habituelles, sont adaptées à la situation actuelle de pandémie COVID-19.

Approvisionnement en masques de procédure

Le Service des approvisionnements a amorcé un exercice visant à estimer et à gérer adéquatement notre réserve d’équipements de protection individuelle de manière diligente. La distribution se fera donc par allocation en fonction des critères tels que le nombre de masques requis pour chaque secteur, le type de milieu, le nombre d’employés, ainsi que le niveau de protection requis par différentes situations en cours


LES SÉQUENCES EN SUPPORT VISUEL

Vous êtes invités à prendre connaissance des outils suivants :

Gouttelettes-contact avec réutilisation de la protection oculaire

Aérienne-contact avec réutilisation de la protection oculaire et du N-95

Foire aux questions | Utilisation des ÉPI

Pourquoi faut-il désormais réutiliser certains équipements de protection individuelle?
+

Dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) demande aux CISSS et CIUSSS d’utiliser judicieusement les équipements de protection individuelle (EPI). Les stratégies de réutilisation de l’EPI sont exceptionnelles et s’appliquent uniquement dans ce contexte. Ces pratiques découlent d’avis d’experts pour assurer la sécurité des travailleurs et sont en accord avec les lignes directrices de l’Institut national de santé publique (INSPQ) et les orientations du MSSS.

Présentement, la réutilisation implique l’utilisation de l’équipement par le même professionnel de la santé. Suivre les recommandations de l’établissement sur la réutilisation de l’EPI.

Pour quelles raisons dois-je porter une protection oculaire?
+

La protection oculaire permet de protéger les yeux et/ou le visage des éclaboussures potentielles et des sécrétions respiratoires pouvant être projetées lors de la toux ou d’éternuement.

Selon les pratiques de base, elle doit être portée lors d’un soin qui risque de provoquer des éclaboussures (sang, liquides biologiques, sécrétions, excrétions).


À NOTER | À partir du 28 septembre 2020, la protection oculaire est OBLIGATOIRE pour tous les employés du CIUSSS (en contexte de soins ou non) lorsqu’à moins de 2 mètres d’un usager et en l’absence de barrière physique. Elle est requise en présence d’un risque reconnu ou possible de transmission par GOUTTELETTES et/ou par voie AÉRIENNE.

Elle peut être portée en continu, c’est-à-dire, pour les soins prodigués à plusieurs usagers ainsi qu’à l’intérieur du poste de soins (référer à la question 10 pour les critères obligeant son retrait et sa désinfection).

La protection oculaire n’est pas obligatoire lorsque des employés (en l’absence d’usager et de visiteur) sont dans un même environnement de travail et que TOUS, sans exception, portent un masque de procédure de qualité médicale. De même que pour la circulation dans les aires communes lorsque la distanciation physique est respectée ou lorsque le temps de contact est très court (ex. : croiser des personnes dans un corridor) et que tous portent un masque de procédure. Pour consulter l’aide-mémoire « Masques et protection oculaire : quand doit-on les utiliser ? » cliquer ici. 

Est-ce que les visiteurs doivent porter la protection oculaire?
+

L’obligation du port de la protection oculaire pour les travailleurs est une exigence de la CNESST. Cette exigence ne s’applique pas aux visiteurs.

Les lignes directrices de l’INSPQ et les directives du MSSS concernant les visiteurs sont les suivantes :

  • Port du masque de procédure lors d’un contact avec un usager ne faisant pas l’objet de précaution additionnelle.
  • Port de l’équipement de protection individuelle (EPI) requis, incluant le port de la protection oculaire, lors d’un contact avec un usager faisant l’objet de précaution additionnelle (EPI selon le type de précautions).
Est-ce que la lunette et la visière offre une protection équivalente?
+

Oui. La lunette et la visière offre une protection équivalente, vous pouvez donc utiliser une ou l’autre (selon la disponibilité).

Cependant, il est requis de porter une visière lors d’interventions médicales générant des aérosols (IMGA) afin de créer une barrière physique limitant l’exposition du masque N95 aux aérosols en vue de la réutilisation du masque.

Le choix d’une protection oculaire peut aussi dépendre des autres risques auxquels le travailleur est exposé (projection d’objet, liquides, poussières, rayonnement, etc.) et pourrait nécessiter une analyse de risque. Les travailleurs doivent s’adresser en premier lieu à leurs gestionnaires ou leurs représentants. Le Service du développement organisationnel et de la prévention des risques en milieu de travail peut vous soutenir dans l’analyse des risques et le choix d’une protection.

Quelles sont les protections oculaires qui doivent être réutilisées?
+

Le masque de procédure avec protection oculaire intégrée ne peut pas être réutilisé. Cette protection doit être jetée lorsque le masque de procédure est souillé, endommagé ou mouillé, ou à la sortie d’une chambre en précautions additionnelles Gouttelettes-Contact.

En contexte de pandémie, les protections oculaires à usage unique peuvent être réutilisées par un même professionnel pendant un même quart de travail ou plus, selon leur disponibilité. Elles incluent : la visière, une pièce avec mousse au front à usage unique ou avec élastique, la visière avec clip (permettant de changer la visière) et la lunette.

La lunette de protection réutilisable peut être réutilisée si elle est attitrée à un même professionnel.


À NOTER | Le professionnel est responsable de la désinfection et de l’intégrité de son équipement de protection individuelle. La protection oculaire doit être jetée lorsque son intégrité n’est plus assurée (ex. : bris de la protection oculaire ou de l’élastique) (INSPQ, 2020).

La protection oculaire doit demeurer en tout temps en place sur le visage. Elle ne doit jamais se retrouver dans le cou, sur la tête, etc.

Est-ce que les lunettes de prescription sont considérées comme une protection adéquate?
+

Non. Les lunettes de prescription ne sont pas considérées comme une protection adéquate (aucune protection latérale). Elles peuvent être portées sous une protection oculaire lorsque requises, afin d’assurer une vision adéquate pour effectuer la tâche demandée.

Est-ce que les protections latérales que l’on installe sur une lunette personnelle sont acceptées?
+

Non. Bien qu’acceptée dans d’autres milieux de travail, l’ajout de ce type de protection n’est pas accepté au CIUSSS pour les raisons suivantes :

  • notre mission en santé et services sociaux nous expose à des risques différents des autres secteurs d’activités (commercial, construction, industriel, etc.);
  • l’ajout d’une protection latérale ne fait pas de la lunette personnelle une lunette de protection;
  • les lingettes et solutions utilisés pour sa désinfection endommageraient la lunette personnelle.

Il est préférable d’opter pour le port d’une visière ou si impossible, de porter un des modèles de lunettes de protection fournis par le CIUSSS, par-dessus sa lunette personnelle.

Est-ce que les lunettes de sécurité peuvent être utilisées?
+

Des « lunettes de sécurité » peuvent être utilisées, et ce, afin de protéger les yeux des éclaboussures directes et indirectes (protection latérale obligatoire). Cela dit, le professionnel est responsable de la désinfection et de l’intégrité de son équipement de protection individuelle.

De quelle manière est-il possible de désinfecter ma protection oculaire?
+
  • Il faut utiliser une solution désinfectante et un linge propre ou une lingette désinfectante (en usage dans l’établissement). Lors de l’utilisation d’une solution, respecter la dilution du produit recommandée par le responsable en Hygiène et salubrité. Inscrire la date de la dilution sur le produit et la jeter une fois la durée de vie atteinte.
  • Il faut respecter le temps de contact de la solution ou du produit (se référer aux instructions du fabricant) ex. : pour la lingette Oxyvir, le temps de contact est de 1 minute.
  • Il faut s’assurer que la surface demeure mouillée durant le temps de contact recommandé.
  • Lorsque des saletés sont présentes, il faut procéder à un nettoyage préliminaire suivi d’une désinfection avec la solution ou la lingette.
  • Les protections oculaires ne doivent pas être envoyées à la stérilisation (unité de retraitement des dispositifs médicaux) ou dans des appareils (ex. : lave-bassine) pour être désinfectées.

À NOTER | Pour consulter la procédure de réutilisation de la protection oculaire réalisée par le Service du développement organisationnel et de la prévention des risques en milieux de travail – SST, cliquer ici.

Est-ce que le masque et la protection oculaire peuvent être conservés pour voir d’autres usagers?
+

LE MASQUE ET LA PROTECTION OCULAIRE | Oui. Le masque et la protection oculaire peuvent être conservés lors de soins prodigués à une même clientèle ex. : zone froide (usagers asymptomatiques) ou zone chaude (cas confirmés de la COVID-19).

La protection oculaire doit être désinfectée et le masque remplacé :

  • dans les zones froides : à la sortie d’une chambre en précautions additionnelles Gouttelettes-Contact avec ou sans protection oculaire;
  • dans les zones tièdes : entre chaque usager.

Lors des pauses, du temps de repas ou si le masque de procédure est souillé ou humide, retirer sécuritairement l’EPI :

  • S’ASSURER d’avoir à l’extérieur de la chambre ou du local un contenant propre identifié au nom du professionnel ou un sac de plastique de type ZIPLOC (assez grand pour mettre la protection oculaire);
  • EFFECTUER l’hygiène des mains;
  • Retirer la protection oculaire en la manipulant par les côtés ou l’arrière et en évitant de toucher le devant;
  • DÉSINFECTER la protection oculaire avec une lingette ou avec la solution et un linge propre;
  • Au besoin, une fois le temps de contact du produit respecté, RINCER avec un linge propre et de l’eau si la visibilité est compromise par le produit désinfectant;
  • DÉPOSER la protection oculaire avec l’élastique ou la monture vers le haut dans le contenant propre identifié au nom du professionnel;
  • EFFECTUER l’hygiène des mains.

  • LE MASQUE DE PROCÉDURE | ne peut être réutilisé. Le retirer avec les élastiques (ATTENTION : ne touchez pas votre visage) et le jeter à la poubelle. Effectuer l’hygiène des mains.
  • LE MASQUE N95 | peut être réutilisé selon certaines conditions (référer aux questions 16 à 19).
Dans quelle situation dois-je porter un N95 et une protection oculaire?
+

Les précautions Aérienne-Contact, incluant le port du masque N95 et de la visière, s’appliquent lors d’une suspicion ou d’une confirmation de COVID-19 chez un cas à risque de détérioration rapide nécessitant une intervention médicale générant des aérosols (IMGA) ou lors de la réalisation d’une IMGA.

Ce sont les IMGA à risque reconnu et à risque possible de transmission d’aérosols infectieux qui nécessitent des précautions additionnelles Aériennes-Contact avec protection oculaire, incluant le port du masque N95.

Qu’est-ce qu’une IMGA?
+

La liste actuelle des interventions médicales générant des aérosols (IMGA) retenue par l’INSPQ incluent

  • Les IMGA à risque reconnu et à risque possible de transmission d’aérosols infectieux nécessitent des précautions additionnelles Aérienne-Contact avec protection oculaire.
  • Les IMGA à risque non documenté, nécessitent des précautions additionnelles Gouttelettes-Contact avec protection oculaire.

Considérant la possibilité d’une augmentation de la transmission lors de la réalisation des interventions à risque reconnu et à risque possible de transmission d’aérosols infectieux, en plus de la mise en place des précautions additionnelles Aérienne-Contact avec protection oculaire et masque N95, il faut :

  • Limiter ces interventions à celles qui sont absolument essentielles;
  • Autant que possible, tenter de planifier à l’avance la réalisation des IMGA pour éviter de les réaliser en urgence;
  • Respecter le temps d’attente requis (nombre de changements d’air) post IMGA avant d’entrer dans la pièce sans masque N95;
  • Limiter le nombre de personnes présentes dans la pièce aux travailleurs de la santé expérimentés et nécessaires pour réaliser l’intervention;
  • Porter une blouse imperméable jetable.
Est-ce que le masque N95 est requis en tout temps lors de précautions additionnelles Aérienne-Contact avec protection oculaire?
+

Lors des soins à un cas suspect ou confirmé de COVID-19, le N95 n’est pas requis :

  • Si des IMGA ne sont pas en cours ou si le temps d’attente post IMGA est respecté;
  • Si l’usager est intubé en circuit fermé et qu’il n’y a pas de risque majeur de déconnection du circuit de ventilation (ex. : usager en position ventrale).

Le port du masque de procédure dans ces conditions est acceptable.

Pourquoi faut-il procéder à un test d’ajustement (fit test) pour le masque N95?
+

Pour être efficace, le masque N95 doit former un joint étanche avec le visage de son utilisateur afin d’empêcher l’air de pénétrer par le pourtour. Le test d’ajustement permet d’identifier le masque qui correspond le mieux à votre visage et de vérifier s’il est correctement ajusté.

Il n’y a pas de modèle universel de N95, c’est-à-dire, qui convient à tout le monde, c’est pourquoi vous devez en tout temps utiliser le masque avec lequel vous avez réussi le fit test.

Q : Comment puis-je savoir sur quel modèle de masque j’ai réussi le fit test ?

R : Tous les résultats de fit test sont inscrit dans le registre régional de fit test accessible aux employés et gestionnaires. Il s’agit d’un fichier Excell permettant de faire une recherche et des tris par numéro d’employé, par direction, etc.

Le registre est disponible dans l’intranet régional » section santé et sécurité au travail-SST » DOCUMENTATION » onglet « protection respiratoire ».

Pourquoi dois-je réaliser un test d’étanchéité à chaque utilisation?
+

Le test d’étanchéité permet de vérifier si le masque N95 est installé correctement sur votre visage et s’il effectue correctement son travail (en pression négative et positive). La méthode de vérification est enseignée à chaque utilisateur lors du test d’ajustement par le technicien ou la technicienne qui procède à l’ajustement. Il est possible de contacter le service de santé et de sécurité du CIUSSS pour obtenir plus d’informations ou pour avoir un rappel sur la façon d’effectuer ce test.

Comment réutiliser le masque N95 de façon sécuritaire?
+

Le N95 peut être réutilisé :

Par le même professionnel (utilisateur unique);

Pour un maximum de 5 utilisations (tant que son intégrité est assurée – référer aux indications à la question 18) ET lorsque les conditions suivantes sont respectées :

  • Il doit être utilisé avec une visière. L’utilisation du N95 avec une visière permet de protéger le masque lors des soins et d’ainsi réduire la contamination de la surface. En l’absence de visière, une protection oculaire doit être utilisée et un masque de procédure doit couvrir le N95. Jeter le masque de procédure après le soin.
  • Un test d’étanchéité doit être effectué avant chaque utilisation (référer à la question 15). Mettre des gants pour manipuler le N95 utilisé et procéder à l’hygiène des mains avant et après l’avoir touché.
  • Pour préserver l’intégrité du masque et lui permettre de sécher entre les utilisations, le conserver selon une ou l’autre des méthodes suivantes :
    • dans un contenant propre (sans couvercle) puis dans un sac en papier identifié au nom du professionnel; ou
    • dans un sac de papier identifié au nom du professionnel.
  • Le sac de papier doit être jeté après chaque utilisation.
  • Les sacs de plastique ne sont pas recommandés pour conserver cet équipement. Référer aux séquences vidéo 2 ou 3 (question 19) pour visualiser les méthodes de réutilisation.
Quels sont les contenants requis pour réutiliser mon équipement de protection?
+

Deux contenants sont utilisés :

  1. POUR LA PROTECTION OCULAIRE : un contenant propre ou un sac de plastique de type ZIPLOC (assez grand pour mettre la protection oculaire). Le sac de plastique doit être changé quotidiennement.
  2. POUR LE N95 : un contenant de plastique et/ou un sac de papier.

Identifier le contenant au nom du professionnel avec un crayon permanent ou un « P-TOUCH ». Les autocollants sont à proscrire car ils ne sont pas nettoyables.

Quelles sont les indications pour jeter le masque N95?
+

Le masque N95 doit être jeté :

  • Lorsqu’il est endommagé (élastiques cassés ou périmés, pince nasale ou coussinet brisé, etc.);
  • Si le test d’étanchéité n’est pas concluant ou si la respiration est difficile pendant son utilisation; lorsqu’il est contaminé par le sang, les sécrétions respiratoires ou nasales ou d’autres fluides corporels d’un usager, par du maquillage;
  • Lorsqu’il a été utilisé lors d’une intervention générant des aérosols (IMGA) à risque reconnu et à risque possible de transmission d’aérosols infectieux, sauf si des mesures étaient en place pour réduire la contamination de la surface du masque :
    • port de la visière ou N95 recouvert d’un masque de procédure;
    • o port du masque de procédure par l’usager.
  • Lorsqu’il a atteint 5 utilisations.
Quelle est la séquence pour désinfecter ma protection oculaire et la réutiliser ensuite sans me contaminer?
+

Suite aux recommandations de l’INSPQ, le Service de prévention et contrôle des infections a détaillé la séquence d’habillage et de déshabillage pour chacune des précautions additionnelles soit : Gouttelettes-Contact avec réutilisation de la protection oculaire et Aérienne-Contact avec réutilisation de la protection oculaire et du N95. Elles sont basées sur les étapes de l’ASSTSAS et incluent la réutilisation des EPI.


LES SÉQUENCES EN SUPPORT VISUEL

Vous êtes invités à prendre connaissance des outils suivants :

Gouttelettes-Contact avec réutilisation de la protection oculaire

Aérienne-Contact avec réutilisation de la protection oculaire et du N95

Séquence vidéo 3 (méthode 2 de retrait du N-95)


Les pratiques de travail sécuritaires suivantes doivent être appliquées en tout temps :

  • S’assurer de connaitre et maitriser les séquences d’habillage et de déshabillage.
  • S’abstenir de toucher ses yeux, son nez ou sa bouche avec des mains potentiellement contaminées.
  • Porter adéquatement le masque de procédure, le N95 et la protection oculaire (ne doivent jamais se retrouver dans le cou, sur la tête, accrochés à une oreille, etc.).
  • Au retrait de l’équipement, éviter la contamination de l’environnement en :
    • Jetant immédiatement l’équipement à la poubelle (si requis).
    • Déposant immédiatement le N95 et la protection oculaire réutilisable dans leur contenant respectif.