Équipements de protection individuelle (ÉPI)

Le ministère de la Santé et des Services sociaux exige une utilisation judicieuse de tous les ÉPI, plus spécifiquement des protections oculaires et des masques N-95 dans les installations. La saine gestion des équipements de protection individuelle (ÉPI) est une priorité provinciale. Bien que nous ne sommes pas en pénurie d’ÉPI, la saine gestion de ces produits est essentielle afin d’éviter d’avoir des enjeux de disponibilité (masques, etc.).

À compter du 1er avril, le personnel et les médecins ne doivent plus jeter de masque N-95. Tous les masques N-95 utilisés doivent être conservés. Il est de la responsabilité de chacun de retourner le masque N-95 utilisé à l’endroit désigné pour chaque secteur.

Des directives et procédures ont été mises à jour afin d’assurer cette gestion adaptée des ÉPI à la situation actuelle. Ces orientations découlent des recommandations de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et respecte la séquence de port et de retrait sécuritaire de l’ÉPI de l’ASSTSAS. Voir l’affiche des recommandations (imprimable).

Soulignons que l’ensemble de ces orientations s’adressent à tout le personnel et à tous les médecins susceptibles d’utiliser du matériel de protection. Nous vous invitons donc à en prendre connaissance.

Des directives s’adressent plus spécifiquement aux gestionnaires des unités et services où des masques N95 sont utilisés. Ces gestionnaires doivent prévoir un sac/contenant (s’adresser aux approvisionnements) pour chaque modèle et grandeur de masques dans lequel l’ensemble des masques N95 utilisés pendant un quart de travail sera récupéré.

Suite aux recommandations de l’INSPQ, le service de prévention et contrôle des infections a détaillé la séquence d’habillage et de déshabillage pour chacune des précautions additionnelles soit : gouttelettes – contact avec réutilisation de la protection oculaire et aérienne-contact avec réutilisation de la visière et du N-95. La réutilisation des ÉPI est incluse dans ces séquences. Elles sont basées sur les étapes de l’ASSTSAS pour mettre et retirer les ÉPI et inclut la désinfection de la protection oculaire et sa réutilisation sécuritaire.


Précisions sur le port du masque de procédure et gestion rigoureuse des équipements de protection

La situation épidémiologique de la COVID-19 est en évolution au Québec. La situation actuelle au Québec va dans le sens de la présence d’une transmission soutenue dans la communauté. Pour cette raison, diverses orientations sont formulées au regard du port du masque de procédure.

Comme partout ailleurs, nous sommes confrontés à des enjeux d’approvisionnement, notamment pour les masques de procédure. Il importe de mettre en place des dispositifs visant à en faire une utilisation judicieuse et rigoureuse. Cette période pandémique génère des circonstances exceptionnelles et l’INSPQ a le mandat d’établir des recommandations cliniques pour faire face à ces enjeux. Ces recommandations, parfois différentes de nos façons de faire habituelles, sont adaptées à la situation actuelle de pandémie COVID-19.

Ces recommandations sont émises pour tous les milieux de soins et ne concernent que les masques de procédure. Nous vous invitions à en prendre connaissance rapidement et à vous assurer que tous et toutes y adhèrent en cliquant ici.

Approvisionnement en masques de procédure

Le Service des approvisionnements a amorcé un exercice visant à estimer et à gérer adéquatement notre réserve d’équipements de protection individuelle de manière diligente. La distribution se fera donc par allocation en fonction des critères tels que le nombre de masques requis pour chaque secteur, le type de milieu, le nombre d’employés, ainsi que le niveau de protection requis par différentes situations en cours


LES SÉQUENCES EN SUPPORT VISUEL

Vous êtes invités à prendre connaissance des outils suivants :

Gouttelettes-contact avec réutilisation de la protection oculaire

Aérienne-contact avec réutilisation de la protection oculaire et du N-95

Foire aux questions | Utilisation des ÉPI

Pourquoi faut-il désormais réutiliser certains équipements de protection individuelle?
+

Dans le contexte de la pandémie de la COVID-19, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) demande aux CISSS et CIUSSS d’utiliser judicieusement les équipements de protection individuelle (EPI). Les stratégies de réutilisation de l’EPI sont exceptionnelles et s’appliquent uniquement dans ce contexte. Ces pratiques découlent d’avis d’experts pour assurer la sécurité des travailleurs et sont en accord avec les lignes directrices de l’institut national de santé publique (INSPQ) et les orientations du MSSS.

Présentement, la réutilisation implique l’utilisation de l’équipement par le même professionnel de la santé. Suivre les recommandations de l’établissement sur la réutilisation de l’EPI.

Pour quelles raisons dois-je porter une protection oculaire?
+

La protection oculaire permet de protéger les yeux et/ou le visage des éclaboussures potentielles et des sécrétions respiratoires pouvant être projetées lors de la toux ou d’éternuement. Elle doit être portée lors des soins fournis à tous les cas suspects ou confirmés de COVID-19 (clientèle ambulatoire, en CHSLD ou hospitalisée).

+ D’INFO? | Le Dr Yves Longtin, chef de l’Unité de prévention et contrôle des infections du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal explique en détail l’orientation sur les précautions additionnelles requises lors de suspicion ou de confirmation de cas de COVID-19. Voir la vidéo.

Quelles sont les protections oculaires qui doivent être réutilisées?
+

Le masque de procédure avec protection oculaire intégrée ne peut pas être réutilisé. Cette protection doit être jetée lorsque le masque de procédure est souillé ou mouillé.

Les protections oculaires à usage unique peuvent être réutilisées par un même professionnel pendant un même quart de travail ou plus selon leur disponibilité. Elles incluent : la visière, une pièce avec mousse au front à usage unique ou avec élastique, la visière avec clip (permettant de changer la visière) et la lunette.

La lunette de protection réutilisable peut être réutilisée si elle est attitrée à un même professionnel.

Si cet équipement n’est pas dédié au travailleur et qu’il est déposé dans un contenant recueillant plusieurs visières (qui seront désinfectées par une autre personne), effectuer l’entretien selon les recommandations du fabriquant.

 

À NOTER | Le professionnel est responsable de la désinfection et de l’intégrité de son équipement de protection individuelle. La protection oculaire doit être jetée lorsque son intégrité n’est plus assurée (ex. : bris de la protection oculaire ou de l’élastique) (INSPQ, 2020).

Est-ce que les lunettes de prescription sont considérées comme une protection adéquate?
+

Les lunettes de prescription ne sont pas considérées comme une protection adéquate. Elles peuvent être portées sous une protection oculaire lorsque requises afin d’assurer une vision adéquate pour effectuer la tâche demandée.

Est-ce que les lunettes de sécurité peuvent être utilisées?
+

Des « lunettes de sécurité » peuvent être utilisées, et ce, afin de protéger les yeux des éclaboussures directes et indirectes (protection latérale obligatoire). Cela dit, le professionnel est responsable de la désinfection et de l’intégrité de son équipement de protection individuelle.

De quelle manière est-il possible de désinfecter ma protection oculaire?
+
  • Il faut utiliser une solution et un linge propre ou une lingette désinfectante (en usage dans l’établissement). Lors de l’utilisation d’une solution, respecter la dilution du produit recommandée par le responsable en Hygiène et salubrité. Inscrire la date de la dilution sur le produit et la jeter une fois la durée de vie atteinte.
  • Il faut respecter le temps de contact de la solution ou du produit (se référer aux instructions du fabricant) ex. : pour la lingette Oxyvir, le temps de contact est de 1 minute.
  • Il faut s’assurer que la surface demeure mouillée durant le temps de contact recommandé.
  • Lorsque des saletés sont présentes, il faut procéder à un nettoyage préliminaire suivi d’une désinfection avec la solution ou la lingette.
  • Les protections oculaires ne doivent pas être envoyées à la stérilisation (unité de retraitement des dispositifs médicaux) ou dans des appareils (ex. : lave-bassine) pour être désinfectées.
Est-ce que le masque et la protection oculaire peuvent être conservés pour voir d’autres usagers?
+
  • LE MASQUE ET LA PROTECTION OCULAIRE  | Dans les secteurs/unités/cliniques dédiés à la clientèle COVID-19, le masque et la protection oculaire peuvent être conservés au visage pour fournir des soins à plusieurs usagers.
  • LE MASQUE DE PROCÉDURE  | ne peut être réutilisé. Le retirer avec les élastiques (ATTENTION : ne touchez pas votre visage) et le jeter à la poubelle. Effectuer l’hygiène des mains.
  • LE MASQUE N-95  |  peut être réutilisé selon certaines conditions (référer à la question 11 et 12).

Lors de la pause, du temps de repas ou si le masque de procédure est souillé ou humide, retirez sécuritairement l’EPI :

  • S’ASSURER d’avoir à l’extérieur de la chambre ou du local un contenant propre identifié au nom du professionnel ou un sac de plastique de type ZIPLOC (assez grand pour mettre la protection oculaire);
  • EFFECTUER l’hygiène des mains;
  • Retirer la protection oculaire en la manipulant par les côtés ou l’arrière et en évitant de toucher le devant;
  • DÉSINFECTER la protection oculaire avec une lingette ou avec la solution et un linge propre;
  • Au besoin, une fois le temps de contact du produit respecté, RINCER avec un linge propre et de l’eau si la visibilité est compromise par le produit désinfectant;
  • DÉPOSER la protection oculaire avec l’élastique ou la monture vers le haut dans le contenant propre identifié au nom du professionnel;

EFFECTUER l’hygiène des mains.

Pour quelles raisons dois-je porter une visière et un N-95?
+

Les précautions aériennes-contact, incluant le port du masque N-95 et de la visière, s’appliquent lors d’une suspicion ou d’une confirmation de COVID-19, cas avec critères d’admission en soins intensifs ou lors de la réalisation d’une intervention médicale générant des aérosols (IMGA).

Qu’est-ce qu’une IMGA?
+

La liste actuelle des interventions médicales générant des aérosols (IMGA) retenue par l’INSPQ incluent, cliquez ici. 

Considérant la possibilité d’une augmentation de la transmission lors de la réalisation de ces interventions, en plus de la mise en place des précautions additionnelles aériennes/contact avec protection oculaire et masque N-95, il faut : 

  • Limiter ces interventions à celles qui sont absolument essentielles;
  • Autant que possible, tenter de planifier à l’avance la réalisation des IMGA pour éviter de les réaliser en urgence;
  • Effectuer la procédure dans une chambre à pression négative;
  • Limiter le nombre de personnes présentes dans la pièce aux travailleurs de la santé expérimentés et nécessaires pour réaliser l’intervention;
  • Porter une blouse imperméable jetable.

À NOTER | L’écouvillonnage nasopharyngé chez l’adulte et l’enfant n’est pas une procédure faisant partie des interventions considérées comme procédures à risque d’augmenter la transmission du COVID-19.

Est-ce que tous les masques N-95 peuvent être réutilisés?
+

Le N-95 peut être réutilisé par le même professionnel (nombre limité à 5 utilisations) lorsque ces conditions sont respectées :

  • Il doit être utilisé avec une visière. L’utilisation du N-95 avec une visière permet de protéger le respirateur N-95 lors des soins et d’ainsi réduire la contamination de la surface. En l’absence de visière, une protection oculaire doit être utilisée et un masque de procédure doit couvrir le masque N-95. Jeter le masque de procédure et le N-95 après le soin.
  • Il doit être disposé selon les modalités prévues par l’établissement une fois les 5 utilisations effectuées.
  • Le professionnel doit effectuer un test d’étanchéité avant chaque utilisation.
Quelles sont les indications pour ne pas réutiliser le masque N-95 et le jeter?
+

À NOTER | Le masque N-95 peut être réutilisé pendant plus d’un quart de travail. Le conserver dans un contenant propre et laissant passer l’air (sac de papier brun) entre les utilisations. Il doit être identifié au nom du professionnel. Lors de l’utilisation d’un contenant de plastique, ne pas fermer complètement le couvercle. Les sacs de plastique ne sont pas recommandés pour conserver cet équipement.

  • Lorsqu’il est endommagé;
  • Si le test d’étanchéité n’est pas concluant ou si la respiration est difficile pendant son utilisation;
  • Lorsqu’il est contaminé par le sang, les sécrétions respiratoires ou nasales ou d’autres fluides corporels d’un usager;
  • Lorsqu’il a été utilisé lors d’une intervention générant des aérosols (IMGA) ou qu’il a atteint 5 utilisations.
Quels seront les contenants utilisés pour réutiliser mon équipement de protection?
+

Deux contenants sont requis :

  • POUR LA PROTECTION OCULAIRE : un contenant propre identifié au nom du professionnel ou un sac de plastique de type ZIPLOC (assez grand pour mettre la protection oculaire).
  • POUR LE N-95 : dépendant de la méthode de réutilisation utilisée, un contenant propre et/ou un sac de papier (ne pas fermer complètement le couvercle sur le contenant pour laisser passer l’air entre les utilisations. Le sac ZIPLOC n’est pas autorisé).

Identifier le contenant au nom du professionnel avec un crayon permanent ou un « P-TOUCH ». Les autocollants sont à proscrire car ils ne sont pas nettoyables.

Est-ce que ce matériel est disponible aux approvisionnements de chaque installation?
+

Chaque département devra procéder aux achats de ces items selon la procédure habituelle :

POUR LA VISIÈRE 

4200000635 : SAC PLASTIQUE 12″ X 15″ FERMETURE ZIPLOC

 

POUR LES MASQUES N-95

  •  Méthode de réutilisation du masque #1

4200000077 : SAC PAPIER KRAFT BRUN 5 LBS (actuellement disponibles)
2000015754 (Alma) 1000003424 (autres installations) : contenant de plastique 2L. code de fournisseur : 82020

  • Méthode de réutilisation du masque #2

4200000130 : SAC PAPIER KRAFT BRUN

Code à venir : contenant de plastique 4L.

Quelle est la séquence pour désinfecter ma protection oculaire et la réutiliser ensuite sans me contaminer?
+

Suite aux recommandations de l’INSPQ, le service de prévention et contrôle des infections a détaillé la séquence d’habillage et de déshabillage pour chacune des précautions additionnelles  soit : gouttelettes-contact avec réutilisation de la protection oculaire et aérienne-contact avec réutilisation de la protection oculaire et du N-95. Elles sont basées sur les étapes de l’ASSTSAS et incluent la réutilisation des EPI.

 

LES SÉQUENCES EN SUPPORT VISUEL

Vous êtes invités à prendre connaissance des outils suivants :

Gouttelettes-contact avec réutilisation de la protection oculaire

Aérienne-contact avec réutilisation de la protection oculaire et du N-95

  • Il faut s’abstenir de se toucher les yeux, le nez ou la bouche avec des mains potentiellement contaminées.
  • Le masque de procédure, le N-95 et la protection oculaire ne doivent jamais se retrouver dans le cou, sur la tête, accrochés à une oreille, etc.
  • Ces EPI doivent être en place sur le visage du professionnel si requis. Si l’équipement doit être retiré :
    • le masque N-95 et la protection oculaire réutilisable doivent être placés immédiatement dans leur contenant ou leur sac selon la séquence établie;
    • le masque de procédure doit être retiré par les élastiques et jeté à la poubelle.
J’ai besoin de plus d’information, où est-ce que je peux adresser mes questions?
+

Le personnel doit prendre connaissance des séquences recommandées par notre organisation, accessibles sous forme de supports visuels (tableau et vidéos ci-haut).

Afin d’être en mesure de rejoindre l’ensemble des secteurs concernés, il est de votre responsabilité de cibler des piliers pour transmettre l’information aux équipes. Les conseillères en soins effectueront du « coaching » sur le terrain et formeront les piliers ciblés dans les différents secteurs.

Une ligne téléphonique est disponible pour poser vos questions en lien avec vos préoccupations et enjeux personnels face au COVID-19 et favoriser l’accès à des services de santé et des services sociaux pour des besoins de santé ponctuels urgents ou semi-urgents. Disponible 7 jours/7, de 8 h 00 à 20 h 00, vous pouvez composer le 1 833 814-7459.