Aller au contenu

Les morsures par des animaux sont des évènements fréquents. Les animaux domestiques, particulièrement les chiens, sont responsables d’environ 85 à 90 % des morsures. Les expositions surviennent davantage dans les maisons privées que dans les lieux publics. Toutes les morsures, sans égard au site ni à l’ampleur du traumatisme causé, présentent un risque potentiel de transmission du virus de la rage. L’importance du risque varie en fonction de l’espèce de l’animal mordeur, du site de la morsure et de la profondeur de la plaie.

La rage se transmet à l’homme par une morsure ou par un contact de la salive d’un animal infecté avec une plaie fraîche ou avec la muqueuse des yeux, du nez ou de la bouche. Il n’existe aucun traitement et la rage est une maladie mortelle. Toutefois, l’administration rapide d’un vaccin et d’immunoglobulines contre la rage, selon l’évaluation du risque après une exposition, permettent de prévenir la maladie.

Les souches de rage du raton laveur, de la chauve-souris et du renard sont présentes au Québec. La population doit toujours appliquer les directives de sécurité envers les animaux sauvages et domestiques inconnus.

Prévention

  • Ne jamais approcher les animaux sauvages ou inconnus.
  • Faire vacciner contre la rage les chiens et les chats domestiques.
  • Consulter un vétérinaire si les animaux de compagnie présentent des symptômes compatibles avec la rage, tels un changement de comportement (agressivité inhabituelle, désorientation, abattement ou isolement) ou de la paralysie.
  • Ne pas tenter d’apprivoiser les animaux sauvages.
  • Enseigner aux enfants les comportements sécuritaires à adopter à l’égard des animaux et s’assurer qu’ils les appliquent.

En cas de morsure

  • Laver la plaie à l'eau et au savon pendant 10 à 15 minutes. 
  • Communiquer rapidement avec le service Info-Santé 8-1-1 accessible 24 heures par jour, 7 jours par semaine.
  • L'infirmière d'Info-Santé 811 orientera la personne, selon son évaluation, vers le CLSC ou une clinique médicale ou encore vers le ministère de l'Agriculture et des Pêcheries (MAPAQ) pour faire observer l'animal domestique ou l'Agence canadienne d'inspection des aliments (ACIA) pour toutes autres interventions.

En savoir plus sur la rage

Visitez le Portail santé mieux-être La rage.