Témoignages

(1/3) « Être ressource d’hébergement, c’est le plus beau métier du monde »

 

Motivations
« J’ai décidé de devenir une famille d’accueil (ressource d’hébergement) en premier lieu pour la clientèle. Cela fera bientôt 7 ans que ma famille accueille des personnes avec une déficience intellectuelle. Toutefois, nous avons l’impression qu’ils font partie de nos vies depuis toujours. Cette façon de vivre permet à mes enfants d’être ouverts à la différence et de bien la comprendre.»

Au quotidien
« Je gère mon quotidien et je l’apprécie grandement. Le mix travail-famille, pour moi, ça n’a pas de prix. Les usagers, qui sont de jeunes adultes avec une déficience intellectuelle, ont chacun leur routine : école, travail et activités. Ils s’adaptent très bien à la dynamique familiale et s’amusent avec les enfants. L’entraide est très présente. Chacun apporte à l’autre… mes enfants souhaitent même devenir famille d’accueil lorsqu’ils seront grands. De plus, j’accueille de 5 à 6 enfants pour le dîner pendant la période scolaire. J’arrive très bien à assumer tous ces rôles. Nous avons aussi beaucoup de soutien. »

Conseils à une personne qui songe à devenir ressource d’hébergement
« Être ressource d’hébergement, c’est le plus beau métier du monde. Je reçois autant que je donne. C’est valorisant tous les jours! L’essentiel : être ouvert à la différence, ne pas avoir peur du dérangement et avoir une très bonne capacité d’adaptation. »

Madame Cynthia Lapointe
Responsable d’une ressource d’hébergement de type familial pour 3 jeunes adultes ayant une déficience intellectuelle et également mère de trois enfants.

(2/3) « Faire la différence dans la vie de quelqu’un »

Motivations
« Je viens tout juste de reprendre la relève de mes parents qui avaient eu aussi une ressource en hébergement. J’ai passé une partie de ma vie avec cette clientèle. Je trouve les usagers très enrichissants et j’adore être auprès d’eux.

De plus, cela me permet d’inculquer à mes enfants des valeurs de cœur. Ils vivent au quotidien ce qu’est la relation d’aide et acquièrent la capacité de faire face à la différence.

Les personnes avec une déficience intellectuelle sont des gens avec une personnalité unique. Ils font preuve d’énormément d’affection. Ils sont très attachants et généreux. »

Le quotidien
« Présentement, la ressource accueille cinq femmes et un homme. Les usagers sont tous autonomes dans leur déplacement dans la ressource, mais ont besoin d’accompagnement. Ils prennent part à chaque activité de la vie quotidienne : ils ramassent des feuilles, se baignent, font des marches, cuisinent, chantent des chansons, etc.

En bon gestionnaire, j’ai une excellente planification. Pour que ça fonctionne, il faut être à l’écoute de chaque besoin. Les usagers demandent une attention particulière (médication, alimentation, soins de base). J’ai l’aide de quelques employés, surtout pour assurer les soins des résidentes, mais j’arrive très bien à concilier travail-famille. »

Conseils à une personne qui songe à devenir ressource d’hébergement
« Il ne faut pas avoir peur de foncer, et non plus, avoir d’attente. Il faut se laisser le temps d’apprendre, ne pas avoir peur de faire face à la différence. Faire preuve de débrouillardise et de polyvalence est également un atout!

Il est possible de vivre une vie de famille et d’être une ressource d’hébergement. L’expérience en vaut la peine! Je conseille à toutes les personnes qui ont une bonne écoute d’offrir leur aide aux gens dans le besoin et d’ainsi, faire la différence dans la vie de quelqu’un. »

Monsieur Éric Gagnon
Responsable d’une ressource d’hébergement de type familial
pour six adultes ayant une déficience intellectuelle et père de deux enfants.

(3/3) « Partager notre quotidien avec ces personnes nous rend heureux »

Profil
Guylaine Tremblay a une formation de pâtissière… pour le plus grand plaisir des usagers. Elle a également été responsable d’une résidence d’accueil pour personnes âgées pendant 11 ans.

Motivations
« J’accueille des usagers en santé mentale depuis maintenant 1 an. Auparavant, j’étais responsable d’une résidence d’accueil pour personnes âgées. Depuis ce changement, je suis comblée. La clientèle est extraordinaire et agréable à côtoyer tous les jours. Les usagers sont plus autonomes et demandent moins de soins. Cela m’a permis de relever de nouveaux défis.
Accueillir ces gens dans notre maison nous apporte bien-être et bonheur! Ce sont des personnes de notre âge, des personnes vraies avec beaucoup d’amour à donner.
Nous ne faisons pas ce « travail » pour l’argent, nous sommes aisés financièrement. »

Le quotidien
« Nous accueillons autant des hommes que des femmes. Ils ont chacun leur secteur; les chambres des hommes sont à l’étage.
En santé mentale, les usagers vaquent à leurs occupations, ils font leur lavage, etc. La responsabilité pour ce type d’usager est plus ouverte.
De plus, des interventions ponctuelles des professionnels du CIUSSS sont effectuées et un bon support nous est offert.
Ce sont des gens qui écoutent les enfants et qui sont respectueux. Cela nous permet à tous de nous extérioriser et de parler. »

Conseil à une personne qui songe à devenir ressource d’hébergement
« Avant de se lancer dans ce projet, il faut évaluer les pour et les contre, particulièrement en ce qui touche l’aspect familial et l’intimité. Toutefois, en ce qui nous concerne, je peux dire que nous avons beaucoup de plaisir et que partager notre quotidien avec ces personnes nous rend heureux.
Être une ressource d’hébergement apporte de la stabilité à notre vie. »

Madame Guylaine Tremblay
Responsable d’une ressource d’hébergement de type familial
pouvant accueillir 9 adultes ayant une problématique en santé mentale.