Aller au contenu

Votre bonne santé dépend d'une multitude de facteurs. Vos décisions personnelles quotidiennes et le style de vie que vous adoptez exercent une influence déterminante sur l'évolution de votre état de santé. L'environnement social et l'environnement physique jouent aussi un rôle que nous avons souvent tendance à sous-estimer.

Les Saguenéens et les Jeannois se disent être prêts à améliorer leurs habitudes de vie. Vous souhaitez changer vos pratiques alimentaires et augmenter la fréquence de vos activités physiques? Mais êtes-vous bien entourés pour y arriver? Comment vous aider à passer de l'intention à l'action? Il s'agit de vous offrir des environnements favorables à l'adoption de saines habitudes de vie. En étant bien entourés pour bouger plus, manger mieux, vivre mieux, les choix santé seront facilités pour vous et les générations de demain!
Faire de l'exercice, bien s'alimenter, ne pas fumer font partie des choix que beaucoup de Saguenéens et de Jeannois n'hésitent pas à faire. Ces habitudes ont de nombreux effets positifs sur la santé et la qualité de vie.

Près de 80 % des facteurs qui contribuent à la santé et au bien-être sont principalement liés aux conditions de vie.

En voici quelque exemples :

  • une cafétéria scolaire offre des aliments goûteux, de bonne valeur nutritive et à un prix abordable;
  • dans un quartier, il y a des trottoirs et des parcs, les rues sont bien éclairées et la circulation est ralentie. La marche est plus agréable et les parents encouragent les enfants à aller jouer dehors.

La santé, c'est une responsabilité d'équipe : vous faites partie de l'équipe! Votre famille, vos amis, les professionnels de la santé (médecins, infirmières, pharmaciens, etc.), vos municipalités, votre employeur, les producteurs agricoles, vos épiciers jouent également un rôle.

Mettre en place des environnements favorables (physique, socioculturel, politique, économique) qui facilitent l'adhésion à un mode de vie physiquement actif et à une saine alimentation est un défi réalisable grâce à la participation dynamique d'acteurs du milieu. Les gestionnaires, les décideurs et les élus qui administrent les ressources financières, humaines et matérielles sont qualifiés d'acteurs leviers. Leurs décisions affectent la qualité de l'air et de l'eau, déterminent la configuration de nos villes ou encore conditionnent la place que l'on fait à l'activité physique et aux loisirs dans nos vies.

L'acteur majeur de changement d'une communauté est sans contredit le citoyen. Il joue le rôle principal dans l'adoption du mode de vie qu'il entend mener.
On estime trop souvent que les personnes sont les seules responsables de leurs choix. Or, les choix de vie sains relèvent de la responsabilité aussi bien collective qu'individuelle. Tous n'ont pas accès à un mode de vie sain, ni même à la possibilité de faire des choix qui vont dans ce sens. C'est pourquoi il importe de créer dans tous les milieux de vie des conditions favorables aux choix santé.

  • Activité physique Open or Close

    Pourquoi adopter un mode de vie physiquement actif?

    Le mode de vie physiquement actif se définit comme étant un « mode de vie qui intègre la pratique de diverses activités physiques, de fréquence et d'intensité variables, pour lesbienfaits qui s'y rapportent »1. Donc, être physiquement actif c'est intégrer des activités physiques diversifiées au quotidien. Ce mode de vie sous-tend que les personnes aisissent toutes les occasions pour bouger, que ce soit dans leurs déplacements pour se rendre au travail, à l'école, dans des lieux de services ou dans leur temps de loisirs. Le plaisir et le bien-être immédiat que l'on ressent à pratiquer diverses activités physiques et sportives sont les principales motivations à adopter un mode de vie physiquement actif. C'est donc dire que « les activités physiques de la vie quotidienne et les activités physiques spécialisées (organisées ou non, encadrées ou non) font partie d'un mode de vie physiquement actif »2.

    La pratique régulière d'activités physiques et sportives diversifiées a un effet positif sur la réduction des maladies cardiovasculaires, de l'hypertension artérielle, du diabète de type II, de l'obésité et du cancer du côlon. Les bénéfices pour la santé augmentent proportionnellement avec la hausse de la durée, de l'intensité et de la fréquence de pratique régulière d'activités physiques et sportives. Donc, plus une personne est active, plus le risque de développer les maladies chroniques, mentionnées plus haut, est diminué. La longévité, tout comme la qualité de la vie des individus, s'en trouve prolongée.

    Source : Comité scientifique de Kino-Québec 

    Être physiquement actif consiste à quoi?

    Saisir toutes les occasions de la vie quotidienne pour bouger : les déplacements, les activités de loisirs et les tâches de la maisonnée.

    • Consacrer au moins 30 minutes à des activités physiques d'intensité modérée à élevée ou 60 minutes pour des activités physiques de faible intensité.
    • Maintenir la régularité de la pratique d'activités physiques et sportives tout au long de l'année.
    • Entreprendre lentement la pratique d'activités physiques et sportives augmenter progressivement l'intensité et la durée.
    • Opter pour des activités physiques et sportives diversifiées : marcher pour se rendre au travail ou à l'école, participer à une partie de hockey bottine amicale, s'initier à une nouvelle activité (ex. : Zumba, etc.).

    1Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (2013) Mode de vie physiquement actif : définition commentée. Gouvernement du Québec, 5 pages
    2Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport (2013) Mode de vie physiquement actif : définition commentée. Gouvernement du Québec, 5 pages


    Femmes enceintes

    Maintenir ou adopter un mode de vie physiquement actif avant, pendant et après la grossesse permettra d'avoir plus d'énergie, d'être en meilleure forme physique et mentale, de faire face plus facilement au stress, de dormir mieux, d'éprouver moins de difficulté à contrôler son poids et d'effectuer avec plus de faciliter les activités de loisirs et de la vie quotidienne. Avant, d'entreprendre toute activité physique et sportive, il est préférable de consulter votre médecin.

    Pendant la grossesse, les femmes ont intérêt à pratiquer des séances d'activité physique cardio-respiratoire d'intensité moyenne d'environ 30 minutes de 1 à 4 fois par semaine, et à des séances de musculation et d'étirements de 20 à 30 minutes, 1 à 3 fois par semaine. Il est important de pratiquer des activités physiques variées et de ne pas dépasser ses capacités.

     


    Enfants

    La pratique d'activités physiques variées favorise une croissance et un développement sains chez les tout-petits. Toutes les activités comptent, un enfant physiquement actif découvrira son environnement tout en développant les habiletés motrices de base qui lui permettront de se développer de façon optimale. Les enfants devraient faire au moins 60 minutes d'activités physiques et sportives chaque jour.


     Adolescents

    « Les activités physiques et sportives pratiquées durant l'adolescence ont des effets bénéfiques de mieux en mieux documentés sur plusieurs déterminants du bien-être psychologique et de la santé mentale, notamment l'amélioration de l'humeur, de l'image et de l'estime de soi, de même que la réduction des manifestations de stress et des symptômes de la dépression et de l'anxiété »3. Il est donc primordial pour les adolescents de pratiquer une multitude d'activités physiques et sportives, et ce, de façon continue. Il est recommandé que les adolescents soient physiquement actifs au moins 60 minutes à chaque jour.

    3Comité scientique de Kino-Québec (2011) L'activité physique, le sport et les jeunes - Savoir et agir. Secrétariat au loisir et au sport, ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, gouvernement du Québec. Avis rédigé sous la coordination de Gaston Godin, Ph.D., Suzanne Laberge, Ph.D., et François Trudeau, Ph.D., p.6


    Adultes

    Afin de favoriser la santé et de retirer les bénéfices reliés à un mode de vie physiquement actif, les adultes devraient faire 150 minutes d'activités physiques et sportives par semaine. Cette période d'activités peut être fractionnée en période de 10 minutes d'intensité modérée à élevée.


     Aînés

    Afin d'améliorer leurs capacités fonctionnelles et de maintenir et améliorer leur santé, les aînés devraient pratiquer au moins 150 minutes d'activités physiques et sportives par
    semaine. Cette période d'activités peut être fractionnée en période de 10 minutes d'intensité modérée à élevée.

     


     

    Travailleurs

    Les milieux de travail sont des endroits favorables pour la promotion de la santé auprès des individus. Les entreprises et organismes peuvent transmettre de l'information sur l'importance de l'adoption de saines habitudes de vie par leurs travailleurs. Ils peuvent également créer des environnements favorables à un mode de vie physiquement actif dans leurs installations. Toutes les stratégies de promotion de la santé constituent des investissements rentables!


    Pour plus d'information

    Pour plus d'information, vous pouvez consulter les sites Internet suivants :

     

  • Saine alimentation Open or Close

    Pourquoi manger sainement?

    Une alimentation saine peut aider à réduire le risque d'obésité, de diabète de type 2, de maladies du coeur, de certains types de cancers et d'ostéoporose, tout en permettant d'atteindre, de façon générale, un état de santé globale et de bien-être. (Source : Direction de santé publique de Montréal).

    Manger sainement consiste à quoi?

    • Savourez une diversité d'aliments provenant des 4 groupes du Guide alimentaire canadien.
    • Priorisez des aliments frais de base (légumes et fruits, viandes maigres, poissons, légumineuses, produits céréaliers à base de grains entiers, produits laitiers faibles en matières grasses) provenant le plus possible de la région et ayant subi le moins de transformations.
    • Il n'y a pas d'aliments interdits. C'est plutôt la fréquence et la grosseur des portions des aliments riches en matières grasses, en sel ou en sucre auxquelles vous devriez porter attention.
    • Cuisinez et mangez en famille. De cette façon, vous êtes assuré de connaître exactement ce que contient votre assiette tout en développant vos habiletés culinaires. De plus, cuisiner et prendre un repas en famille comportent d'autres multiples bienfaits.
    • Enfin, savourez! Retrouvez le plaisir de déguster et d'apprécier ce que vous mangez. Si vous prenez le temps de savourer chaque bouchée, vous serez alors rassasié avec une plus petite portion.

    Comment augmenter ma consommation de légumes et de fruits quotidiennement?

    Les données démontrent qu’une grande proportion de la population ne réussit pas à consommer les portions recommandées par le Guide alimentaire canadien en légumes et en fruits. En effet, il n’est pas toujours facile de consommer la quantité recommandée de ces aliments, mais comment peut-on faire pour en consommer davantage sachant qu’ils sont des aliments non négligeables pour notre santé?

    Il y a plusieurs raisons qui peuvent pousser les gens à ne pas consommer suffisamment de légumes et de fruits. Par contre, pour chacune de ces raisons, inscrites ci-dessous, il existe aussi plusieurs stratégies pour augmenter votre consommation.

    Voici donc les raisons les plus fréquemment énoncées ainsi que les stratégies pouvant vous aider au quotidien.

    Le manque d’idées ou d’habiletés en cuisine

    Conseils et recommandations :

    • ajouter les légumes et les fruits dans :  
      o   les repas composés (ex. : sautés, soupes, sauce à spaghetti, etc.);
      o   les desserts (ex. : croustade aux fruits, fruits surgelés et granolas, etc.);
      o   les yogourts, les céréales, le gruau;
      o   les soupes et les potages;
      o   les salades (autant des légumes que des fruits frais ou séchés);
      o   lait frappé aux fruits;
    • acheter des légumes et des fruits déjà préparés (salade lavée, carottes coupées, plat déjà préparé de légumes ou de fruits coupés);
    • garder toujours des fruits ou des légumes à la portée de la main (ex. : panier de fruits sur le comptoir, plats de crudités déjà coupées au réfrigérateur);
    • apporter des légumes et des fruits dans vos lunchs ou vos collations (ex. : portion individuelle de compote de fruits, légumes coupés, etc.);
    • inscrivez-vous à des cours de cuisine.

    Le manque de temps

    Conseils et recommandations :

    • acheter des légumes et des fruits déjà préparés (salade lavée, carottes coupées, plat déjà préparé de légumes ou de fruits coupés);
    • choisir des légumes et des fruits plus faciles à consommer qui ne nécessitent pas ou peu de préparation (pommes, poires, pêches, tomates cerises, miniconcombres, carottes coupées, etc.);
    • opter pour des légumes et des fruits en conserve, congelés ou séchés;
    • doubler les quantités : les légumes cuits se conservent de trois à quatre jours au frigo, vous pouvez alors cuisiner des quantités supplémentaires;
    • réchauffer un potage ou une soupe que vous aviez préparé ou congelé;
    • apporter des légumes et des fruits dans vos lunchs ou vos collations (ex. : portion individuelle de compote de fruits, légumes coupés, etc.);
    • choisir au besoin des produits tels que des compotes, des collations aux fruits et des jus purs à 100 %.

    Le manque d’idées ou d’habiletés en cuisine

    Conseils et recommandations :

    • ajouter les légumes dans les mets composés (ex. : sautés, soupes, sauce à spaghetti, etc.);
    • consommer les légumes et les fruits avec de la trempette;
    • modifier les textures des légumes en les apprêtant différemment (ex. : carottes crues, cuites, en purées ou en rondelle);
    • opter pour des soupes et des potages;
    • assaisonner les légumes cuits avec des épices;
    • réduire en purée les légumes et faire des laits frappés avec des fruits;
    • varier les couleurs des légumes dans l’assiette;
    • acheter plus de variété de légumes et de fruits;
    • consommez-les en petites quantités de façon plus fréquente;
    • incorporer dans plusieurs de vos mets, en purée, des champignons, oignons et carottes et les incorporer à du bœuf haché pour en faire des tacos, mettre en purée du chou-fleur et l’incorporer dans une sauce béchamel, etc.).

    Conseils pour économiser et réduire le gaspillage alimentaire

    Conseils et recommandations :

    • préparer une liste d’épicerie et prévoir vos repas de la semaine (cela permettra d’éviter le gaspillage en achetant que le nécessaire);
    •  Soyez à l’affût des spéciaux et des coupons des circulaires;
    • acheter des produits saisonniers;
    • opter pour les légumes et les fruits moins dispendieux (par exemple, opter pour des légumes et des fruits surgelés lorsqu’ils sont en rabais);
    • profiter des moments où les légumes ou les fruits sont les moins dispendieux afin d’en acheter de plus grandes quantités pour ensuite les faire congeler ou les mettre en conserve;
    • éviter les légumes et les fruits apprêtés ou préparés par le détaillant;
    • préférer les versions à préparer soi-même que déjà préparées (ex. : acheter un chou entier plutôt qu’un sac de chou haché);
    • profiter du fait que certains légumes et fruits ont un prix à peu près égal toute l’année (ex. : chou, carottes, courges, oignons, pommes, oranges, bananes, etc.);
    • opter pour des légumes et des fruits qui se conservent plus longtemps, tels que les patates, oignons, courges, navets et pommes;
    • entreposer adéquatement vos aliments (consulter les guides d’entreposage énumérés dans les ressources ci-dessous);
    • utiliser les légumes et les fruits trop mûrs dans des recettes (ex. : faites du pain aux bananes avec des bananes trop mûres ou encore des laits frappés avec des fruits trop mûrs, faites des potages avec les légumes pétris);
    • cultiver un jardin personnel ou communautaire;
    • utiliser les cuisines collectives;
    • utiliser les groupes d’achats et les épiceries communautaires;
    • utiliser les banques ou les comptoirs de distribution alimentaires.

    Ressources :

    Disponibilité limitée

    Conseils et recommandations :

    • cultiver un jardin personnel ou communautaire;
    • acheter des aliments locaux;
    • acheter des produits congelés ou en conserve;
    • apporter des légumes et des fruits (entiers, séchés, en conserve, en compote, etc.) partout avec vous, afin que vous ayez la chance d’en consommer où que vous soyez.

    Symptômes physiques occasionnés par la consommation (gaz, crampes)

    Conseils et recommandations

    Les légumes et les fruits sont de bonnes sources de fibres. Par contre, il faut que vous laissiez le temps à votre corps de s’y habituer. Incorporez-les à votre alimentation graduellement, sur une période de 6 à 8 semaines.

    • N’oubliez pas de prendre le temps de bien mastiquer vos aliments;
    • faites cuire les légumes et les fruits;
    • limitez les aliments fermentescibles (qui augmentent les flatulences) tels que chou, navet, brocoli, poivron, maïs, pois, fèves, prune, pruneau, ananas, avocat, pomme, baie;
    • Favorisez : carottes, céleri, asperge, haricot, tomate, banane, mangue, pamplemousse, pêche, clémentine.

    Allergies aux légumes et aux fruits

    Conseils et recommandations :

    • si vous souffrez d’un syndrome d’allergie orale et non pas d’une véritable allergie, sachez que vous pouvez tolérer des légumes et des fruits cuits ou en conserve;
    • si vous souffrez d’un syndrome d’allergie orale, vous pouvez tenter d’identifier les légumes et les fruits qui vous causent des réactions allergiques en essayant un légume ou un fruit à la fois;
    • consultez un médecin afin qu’il vous réfère, si nécessaire, à un allergologue pour déterminer les aliments potentiellement allergènes;
    • pour en savoir davantage sur le syndrome d’allergie orale, visitez le site de l'Agence canadienne de l'inspection des aliments.

    Manger et acheter local au Saguenay–Lac-Saint-Jean »

    Manger et acheter local au Saguenay–Lac-Saint-Jean permet :

    • d'encourager les producteurs de notre région à se dépasser pour nous offrir des aliments de qualité;
    • d'assurer le développement de l'économie locale;
    • de découvrir la multitude de produits agroalimentaires typiques à l'alimentation nordique/boréale;
    • de stimuler le développement de circuits courts pour réduire l'impact que le transport des aliments provenant de l'extérieur occasionne sur notre environnement.

    Je suis un acteur de ma santé et celle de ma communauté. Quelles actions je peux entreprendre dans ma région? Voici quelques exemples :

    • S'abonner auprès d'une ferme locale pour obtenir un panier de légumes frais et biologiques, livré chaque semaine à un point de chute prédéterminé. Découvrir les différents points de chute de la région sur le site d'Équiterre (section Paniers bio);
    • Parler à votre épicier de votre intérêt à ce qu'il y ait plus de produits locaux sur les tablettes. Consulter le site d'Équiterre (section Exigez local) afin de connaître les démarches à suivre pour rendre plus accessibles les produits locaux;
    • Cultiver vos propres légumes directement dans votre cour, votre balcon ou dans un jardin communautaire.

    Femmes enceintes

    Avoir une alimentation équilibrée est primordial durant cette période afin d'assurer le bon développement du foetus.

    Vous prévoyez tomber enceinte?

    Afin d'offrir le meilleur départ à votre bébé, assurez-vous d'avoir une alimentation équilibrée et de prendre une multivitamine contenant un supplément d'acide folique nouvelle fenetre.

    Pendant la grossesse

    Manger sainement durant votre grossesse assure le bon déroulement de celle-ci, ainsi que la croissance, le développement et la santé de votre bébé. Un régime équilibré inspiré du Guide alimentaire canadien est recommandé. Toutefois, étant donné les changements de votre corps causés par la venue du bébé, il est important d'augmenter la quantité d'aliments que vous consommez afin de combler vos besoins augmentés. En général, cette quantité équivaut à 2 ou 3 portions additionnelles du Guide alimentaire canadien nouvelle fenetre provenant de n'importe quel groupe alimentaire.

    Je demande de l'aide si je dois faire des compromis sur la quantité et la qualité de mon alimentation

    Si vous vivez une situation socioéconomique difficile, contactez votre CLSC afin de connaître les différents programmes ou services disponibles pouvant vous venir en aide.

    Pour en savoir plus :

    Après la grossesse

    Il est important pour votre santé de continuer vos saines habitudes alimentaires entreprises durant votre grossesse.

    Si vous allaitez, consultez la section Allaitement maternel  de notre site Internet pour avoir de l'information sur le sujet ou consultez la section Alimentation de la mère du guide Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans de l'Institut national de santé publique. Ce guide est remis gratuitement à tous les futurs parents au premier suivi de grossesse.


    Enfants (0 à 5 ans)

    Une alimentation équilibrée chez les enfants est importante afin qu'ils aient les éléments essentiels à une croissance optimale. C'est à cette même période que les enfants développent leurs habitudes alimentaires. L'offre alimentaire autour d'eux peut donc avoir une influence sur l'acquisition de leurs habitudes.

    Le Guide alimentaire canadien demeure un bon outil de référence pour l'alimentation équilibrée chez l'enfant. Dès l'âge de 2 ans, vous pouvez vous y référer pour connaître les portions qui lui sont recommandées pour les quatre groupes alimentaires. En raison de leur petit appétit, il est important de leur donner de plus petites portions d'aliments plusieurs fois par jour.

    Pour en savoir plus :

    • Consultez la section La nutrition et l'enfant sur le site du ministère de la Santé et des Services sociaux;
    • Consultez la section Saines habitudes des enfants sur le site du Gouvernement du Québec. Vous y découvrirez des jeux, des trucs et des activités amusantes traitant des saines habitudes de vie chez les enfants;
    • Découvrez différents sujets ou trucs concernant l'alimentation de votre enfant sur le site d'Extenso, le Centre de référence en nutrition de l'Université de Montréal.

    Adolescents

    Les besoins en énergie des adolescents sont augmentés considérablement durant cette période afin que leur corps se développe de façon optimale. Malheureusement, c'est souvent dans cette tranche d'âge que les habitudes alimentaires commencent à changer et que les jeunes n'atteignent pas les quantités recommandées de certains nutriments.

    Voici quelques notions à ne pas perdre de vue pour bien grandir, bien réfléchir, être en bonne forme et bien dans sa peau durant cette période de la vie :

    • avoir une alimentation variée;
    • choisir des aliments à haute valeur nutritive pour les collations (fruits, légumes, yogourts, fromage, noix, etc.);
    • manger ses 3 repas par jour comprenant un bon déjeuner complet et équilibré;
    • prendre le temps de manger;
    • avoir du plaisir!

    Le Guide alimentaire canadien demeure encore une fois la référence pour connaître les portions recommandées des quatre groupes alimentaires.

    Pour en savoir plus :

    • Visitez la section Saines habitudes des ados du site sur les saines habitudes de vie du ministère de la Santé et des Services sociaux. Vous y découvrirez des trucs, des astuces et des jeux amusants sur les saines habitudes de vie;
    • Consultez la section Adolescents d'Extenso, le Centre de référence en nutrition de l'Université de Montréal;
    • Visitez le site Derrière le miroir d'ÉquiLibre qui traite de l'image corporelle;
    • Visitez le site ANEB, Anorexie et boulimie Québec pour y trouver de l'information, du soutien et t'exprimer au sujet des troubles alimentaires.

    Adultes

    Selon l'Enquête de santé du Saguenay–Lac-Saint-Jean 2012, 47 % des adultes de la région considèrent leurs habitudes alimentaires excellentes ou très bonnes. Malheureusement, 18 % de la population déclarent consommer la portion de fruits et de légumes recommandée par jour, soit entre 7 et 10 portions selon l'âge et le sexe. Il existe donc un écart entre ce que nous croyons être une saine alimentation et la mise en pratique quotidienne de saines habitudes alimentaires.

    Pour faire les bons choix et connaître les quantitées d'aliments à consommer selon votre sexe et votre âge, consultez le Guide alimentaire canadien, section Mes portions du Guide alimentaire.

     


    Personnes âgées

    Une saine alimentation est importante à chaque stade de la vie. En effet, les besoins évoluent avec l'âge, en raison des changements de notre corps. C'est pourquoi il est nécessaire d'avoir une alimentation variée et équilibrée au quotidien, afin de vous procurer les éléments nutritifs essentiels pour vieillir en santé.

    Pour faire les bons choix et connaître les quantités d'aliments à consommer selon votre sexe et votre âge, consultez le Guide alimentaire canadien (section pour les personnes âgées).

    Voici quelques-uns des nutriments en particulier à surveiller pour les adultes de 50 ans et plus :

    • Les protéines sont vos alliées afin de vous construire des muscles et des os solides. C'est pourquoi il est important d'avoir au moins 1 source de protéines (viande, volaille, oeuf, noix, légumineuses, tofu, fromage, lait, etc.) à chaque repas.
    • Santé Canada recommande aux adultes de plus de 50 ans de prendre quotidiennement un supplément de vitamine D de 400 UI. Les besoins de cette vitamine augmentent avec l'âge et ne peuvent plus être comblés seulement par l'alimentation.

    Il est normal de voir l'appétit et la soif diminuer avec l'âge. Cependant, les besoins ne vont pas dans le même sens, au contraire, ils peuvent même augmenter. Assurez-vous de manger une quantité suffisante d'aliments et de bien vous hydrater.

    N'hésitez pas à communiquer avec votre CLSC afin de connaître les différents services disponibles dans votre secteur et obtenir de l'aide aux repas (ex. : Popote roulante, aide à domicile, etc.).

    Pour en savoir plus :

    Consultez la publication Bien s'alimenter pour vieillir en santé du ministère de la Famille et des Aînés du Québec afin de connaître les trucs et astuces pour adopter de saines habitudes alimentaires;

    Consultez la section Saines habitudes de vie - Aînés du ministère de la Santé et des Services sociaux afin d'avoir des informations supplémentaires concernant les saines habitudes de vie.


    Travailleurs

    L'environnement de travail demeure un endroit important à considérer afin de favoriser l'adoption de saines habitudes alimentaires. Effectivement, le tiers d'une journée y est passé par une grande partie de la population.

    Comment contribuer à rendre mon milieu de travail plus sain?

    Prenez connaissance des différents programmes de santé auxquels votre employeur peut adhérer.

    • Le Programme 0-5-30 combinaison prévention permet aux organisations du Saguenay–Lac-Saint-Jean d'intégrer à leur processus de gestion un ensemble d'actions favorables à l'adoption de saines habitudes de vie pour les employés;
    • Visitez le site Activez ma santé de Capsana pour découvrir les différents programmes pouvant être implantés dans votre milieu de travail;
    • Consultez la section Entreprises du site sur les saines habitudes de vie du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec pour connaître les différents programmes offerts aux entreprises.

    Sollicitez votre employeur afin d'innover en aménageant un jardin urbain dans votre organisation. Cette initiative permettrait de démontrer l'engagement de l'organisation pour une alimentation saine et locale.
    Consultez le document promotionnel d'EURÊKO! pour avoir plus d'information.

     

  • Acide folique ou B9 Open or Close

    Qu’est-ce que l’acide folique?

    L’acide folique (également connu sous le nom de vitamine B9) est une vitamine qui aide à faire grandir et à protéger les cellules de l’organisme. Il se retrouve dans certains aliments, surtout les légumes verts feuillus, et dans les suppléments vitaminiques.

    Pourquoi l’acide folique est-il important avant et pendant la grossesse?

    Votre organisme a besoin d’acide folique lorsque les cellules se développent et se multiplient très rapidement, comme pendant la grossesse!

    Votre organisme évolue, votre bébé grandit aussi très rapidement. Bien manger et avoir un niveau approprié de vitamines et de minéraux, comme l’acide folique, avant la conception et pendant la grossesse aident au développement normal de la colonne vertébrale, du cerveau et de la boîte crânienne de votre bébé.

    Comment obtenir de l’acide folique en quantité suffisante?

    L’acide folique se retrouve dans les légumes verts feuillus, les agrumes, les grains entiers, etc. Depuis 1998, au Canada, la farine blanche enrichie contient de l’acide folique.

    Voici une liste de certains aliments recommandés : épinards, lentilles, pois chiches, asperges, brocoli, maïs, oranges, etc.

    S’assurer de consommer quotidiennement de l’acide folique en quantité suffisante constitue un défi. C’est pourquoi on recommande de prendre une multivitamine avec l’acide folique pour garantir la quantité nécessaire pour vous et votre bébé.

    À quel moment doit-on prendre de l’acide folique?

    Puisque l’acide folique est si important au début d’une grossesse, commencez à prendre une multivitamine avec l’acide folique si vous tentez de concevoir. Il est important d’obtenir une dose quotidienne d’acide folique même avant de devenir enceinte. Poursuivez cette habitude tout au cours de la grossesse et pendant au moins 4 à 6 semaines à la suite de l’accouchement et pendant que vous allaitez.

    Comment choisir une multivitamine?

    Vous pouvez consulter un pharmacien ou un médecin. Les doses quotidiennes d’acide folique recommandées peuvent varier entre 0,4 mg et 5 mg, selon le risque que votre enfant souffre d’anomalies du tube neural (ATN).

    Vous pourriez avoir besoin d’une plus grande dose d’acide folique si :

    • vous avez eu une grossesse précédente touchée par une ATN;
    • des gens de votre famille ont eu ce problème (du côté de la mère ou du père);
    • vous souffrez de diabète traité à l’insuline;
    • vous souffrez d’épilepsie;
    • vous avez un surplus de poids important (IMC >35);
    • vous avez une consommation d’alcool excessive ou vous consommez des drogues.

    Consultez votre médecin ou votre pharmacien avant de planifier une grossesse ou si vous êtes déjà enceinte.

    Est-il possible de consommer trop d’acide folique?

    Si vous prenez quotidiennement une multivitamine contenant de l’acide folique et que vous avez une alimentation équilibrée suivant les recommandations du Guide alimentaire canadien, vous ne consommerez pas de dose excessive d’acide folique. La quantité excédentaire sera éliminée dans vos urines.  

    Qu’entend-on par anomalies du tube neural?

    Les ATN résultent d’un défaut de fermeture du tube neural. La plus connue est le spina-bifida.

    Le spina-bifida est un défaut de fermeture de la colonne vertébrale. Cette maladie a divers degrés de gravité et affecte chaque personne différemment. Lorsqu’elle est plus sévère, elle peut causer des problèmes à se déplacer, une perte de sensibilité dans le bas du corps ou des problèmes à retenir ses selles ou ses urines.

    D’autres ATN sont plus graves, mais plus rares. Elles affectent plus particulièrement le cerveau et la boîte crânienne (encéphalocèle, anencéphalie, hydrocéphalie).

     

  • Matériel promotionnel Open or Close